Philippe, conseiller BioFrais

Les fruits et légumes sont la base de la cuisine biologique

« Ce sont vers eux que se tournent en premier les clients, car les médias nous informent sur les méthodes de l’agriculture conventionnelle et ses traitements, c’est la raison pour laquelle les produits bio ont la cote. En général, ils commencent par les fruits et légumes bio, ils élargissent ensuite leurs achats sur les autres produits frais, épicerie, cosmétiques et compléments alimentaires. »

C’est avec cette idée que Philippe développe son rayon. Il est important pour lui que le client puisse trouver le même choix en bio que l’on trouve habituellement en conventionnel dans les supers et hypers marchés. Pour cela, il propose et cherche la diversité : on peut trouver pas moins de 180 produits. Il met un point d’honneur à découvrir des produits locaux et circuits courts et proposer ses fruits et légumes au meilleur prix.

« Manger bio ne doit pas être réservé à une élite, tout le monde doit pouvoir profiter de produits sains et de qualité. »

Et avec cette idée, Philippe constate que les légumes sont revisités. «Petit à petit, les personnes développent une cuisine biologique, où l’on trouve essentiellement des légumes, qu’ils soient cuits à la vapeur, avec des épices, ou au barbecue. Ils s’intéressent à des légumes que l’on avait oubliés, comme le panais ou les topinambours.»

PHILIPPE PROPOSE EGALEMENT PLUSIEURS PRODUITS EXOTIQUES, QUI NOUS SUGGÈRENT UNE CUISINE ASIATIQUE.

Les épices fraîches comme le gingembre ou le curcu-ma interrogent les clients et suscitent leur intérêt. Philippe et son équipe sont là pour proposer des recettes, 6 personnes animent ce rayon !

Le personnel est disponible pour un conseil sur la cuisson, une découverte d’un fruit méconnu, ou une nouvelle idée pour consommer les légumes !

Selon Philippe, il y a deux catégories de clients : ceux qui découvrent et veulent simplement transposer leurs recettes habituelles en bio, et les clients avertis, qui eux sont à la recherche de produits locaux et de saison.

« Les clients sont exigeants sur la qualité des produits, notamment sur leurs origines. Une catégorie de clients refuserait de manger de la tomate en décembre, car cela serait impossible d’en trouver en Haute-Savoie à cette période. J’ai trouvé un maximum de producteurs locaux. Pour certains produits,

c’est très facile, comme pour les salades, le persil ou la courgette en saison. Nous sommes en contacts avec plusieurs GAEC qui nous fournissent les quantités nécessaires. Je contacte aussi des fournisseurs français le reste de l’année. Malheureusement, il y a beaucoup trop de demandes et pas assez de maraîchers bio : on ne peut pas reprocher à l’agriculture biologique de ne pas faire des productions en masse puisque c’est la grande qualité du bio : la diversité. L’important est de pouvoir fournir des produits de qualité».

«Les clients doivent pouvoir savoir d’où viennent les produits que l’on vend. C’est un engagement que je respecte.»

Et Philippe fait très attention à cela! Il a mis en place un système d’étiquetage qui explique par des petits drapeaux l’origine des fruits et légumes qu’il vend.

La difficulté étant de devoir anticiper la demande, car les commandes se passent en amont et s’évaluent difficilement. Mais Phillippe observe les habitudes, et sait sur le bout des doigts les besoins de sa clientèle qu’il chouchoute.